Cliquer ici pour fermer

--------------


Agrandir le plan

    LE CDO 06   |   ACTUALITÉS   |   LES PRATICIENS   |   GARDES   |   CONTACT

Conseil Départemental de l'Ordre
des Chirurgiens Dentistes des Alpes-Maritimes

Urgences dentaires dans les Alpes-Maritimes 06

Informations et conseils

Pertinence et difficulté de l’urgence dentaire pour le chirurgien dentiste

Le praticien doit, dans un minimum de temps, prendre en charge le stress et la douleur du patient, stopper l’évolution d’un processus pathologique et prévenir des complications potentielles.

Le praticien met en œuvre un arbre décisionnel, constitué d’un examen clinique et un examen radiographique et d’un questionnaire médical très précis : circonstances et maladies systémiques ;

  • diabète
  • HIV
  • insuffisance hépatique
  • maladies cardio-vasculaires ou rénales
  • toxicomanie

Les principaux types d’urgences dentaires et conseils

I - LES URGENCES DENTAIRES INFECTIEUSES
Elles représentent plus d’un tiers des urgences dentaires prises en charge dans le cadre de la permanence des soins.

    Leur classement par ordre d’apparition décroissant abcès endodontique (42,32 % des cas) cellulites séreuses (17,61 % des cas) accidents infectieux liés à la dent de sagesse (15,05 % des cas) abcès parodontaux (10,7 %) cellulites collectées (9,9 %) Cellulite diffuse grave (3,4 %) Les critères de gravité : la prise de rendez-vous devra être ultra-rapide si deux des critères suivants sont produits : un délai d’apparition des symptômes supérieur à 48 heures une gêne à la déglutition, à la ventilation, ou à l’ouverture buccale fièvre et à plus forte raison, une altération de l’état général Les règles de prise en charge d’une urgence dentaire infectieuse examen clinique complet ; examen radiologique ; un geste thérapeutique (drainage, décompression) ; une prescription (antibiotiques, antalgiques, antiseptiques locaux) un rendez-vous dans les 24 à 72 heures pour contrôle ou geste complémentaire chez le chirurgien-dentiste traitant habituel.

CONSEIL :
Evitez l’automédication, elle est génératrice de complication.

II - TRAUMATISMES DENTAIRES

    Le simple choc : même s’il n’y a pas de signes cliniques visibles, un choc peut entrainer un déplacement dans son alvéole osseuse ou une fracture radiculaire. Les conséquences peuvent être la nécrose pulpaire ; l’abcès et la discoloration dentaire. La dent définitive sous-jacente peut être affectée sur le long terme (dents de lait). La fracture de la couronne de la dent : elles intéressent l’émail, la dentine . l’exposition pulpaire est possible. Rage de dent et nécrose peuvent en être les conséquences. Il faut protéger rapidement les tissus dentaires exposés ; l’étanchéité et l’esthétique seront assurées.

CONSEIL :
Si le morceau fracturé est délicatement récupéré, il sera souvent possible de le recoller.

    L’expulsion de la dent hors de son alvéole De nombreuses études ont montré que, si la dent est réimplantée rapidement, elle a des chances de survivre La tenue de la dent sera d’autant plus importante et durable que la dent aura été replacée immédiatement ou transportée au cabinet dentaire avec les plus grandes précautions.

CONSEIL :
1) Rechercher la dent afin de la remettre immédiatement ou de la faire remettre en place par un chirurgien-dentiste, le plus vite possible. Tenir la dent par sa couronne ; ne pas toucher la racine ; ne pas gratter ni brosser la dent (rincer la dent et la plaie avec de l’eau si possible). 2) Si le patient est seul ou agité, la plaie ou la dent souillée, l’entourage craintif, il faudra transporter d’urgence la dent dans un milieu favorable : flacon de lait, mouchoirs en tissu ou gaze imbibés de salive ; ou sérum physiologique acheté en pharmacie ; voire dans de l’eau s’il n’y a pas d’autres solutions. 3) Donner si possible un médicament contre la douleur et/ou pour l’anxiété mais pas d’aspirine.

Dans tous les cas consulter d’urgence un chirurgien-dentiste (en moins d’une heure si possible).

III – HEMORRAGIE DENTAIRE ET DE LA SPHERE BUCCALE

  • Suite à une intervention chez votre dentiste, suite à un traumatisme (choc, accident…) un saignement ne veut pas s’arrêter spontanément.

CONSEIL :
Faire pression indirectement avec de la gaze (ou un mouchoir) pour réaliser une compression de la plaie et se rendre en urgence chez un chirurgien-dentiste et si une douleur est associée prendre un antalgique mais pas d’aspirine.

ONCD - Conseil Départemental des Alpes-Maritimes
La Maison Blanche. 14, boulevard Carabacel - 06000 NICE - 04 93 80 21 21

Mentions légales - Conditions d'utilisation